Archives

Statistiques du blog

  • 6 812 visites

Décret n° 2022-1019 du 20 juillet 2022 relatif aux attributions du ministre de l’intérieur et des outre-mer

Décret n° 2022-1019 du 20 juillet 2022 relatif aux attributions du ministre de l’intérieur et des outre-mer

NOR : IOMX2221111D
ELI : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2022/7/20/IOMX2221111D/jo/texte
Alias : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2022/7/20/2022-1019/jo/texte
JORF n°0167 du 21 juillet 2022
Texte n° 8

Le Président de la République,
Sur le rapport de la Première ministre,
Vu le code de la sécurité intérieure ;
Vu le décret n° 59-178 du 22 janvier 1959 modifié relatif aux attributions des ministres ;
Vu le décret n° 75-360 du 15 mai 1975 modifié relatif au comité interministériel de la sécurité routière ;
Vu le décret n° 2005-544 du 26 mai 2005 modifié instituant un comité interministériel de contrôle de l’immigration ;
Vu le décret n° 2012-1511 du 28 décembre 2012 modifié portant organisation de l’administration centrale du ministère des affaires étrangères ;
Vu le décret n° 2013-728 du 12 août 2013 modifié portant organisation de l’administration centrale du ministère de l’intérieur et du ministère des outre-mer ;
Vu le décret du 16 mai 2022 portant nomination du Premier ministre ;
Vu le décret du 4 juillet 2022 relatif à la composition du Gouvernement ;
Le Conseil d’Etat (section de l’intérieur) entendu ;
Le conseil des ministres entendu,
Décrète :

 

Article 1

Le ministre de l’intérieur et des outre-mer prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement en matière de sécurité intérieure, de libertés publiques, d’administration territoriale de l’Etat, de décentralisation, d’outre-mer, d’immigration, d’asile, d’intégration des étrangers en France, de lutte contre le séparatisme, de sécurité civile et de sécurité routière. Sans préjudice des attributions du garde des sceaux, ministre de la justice, il prépare et met en œuvre, dans la limite de ses attributions, la politique du Gouvernement en matière de citoyenneté et d’accès à la nationalité française. Sans préjudice des attributions du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, il est chargé de l’organisation des scrutins.
Il est, en outre, chargé de coordonner les actions de lutte contre les trafics de stupéfiants.
Il préside, par délégation du Premier ministre, le comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation. A ce titre, il prépare la politique gouvernementale en matière de prévention de la délinquance et de la radicalisation et veille à sa mise en œuvre.

 

Article 2

Au titre de ses attributions relatives à l’immigration, au contrôle aux frontières, à l’asile ainsi qu’à l’accueil et à l’intégration des étrangers, le ministre de l’intérieur et des outre-mer prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement en matière d’entrée, de séjour et d’exercice d’une activité professionnelle en France des ressortissants étrangers, de lutte contre l’immigration illégale et la fraude documentaire intéressant les ressortissants étrangers, d’asile et d’accueil et d’accompagnement des populations immigrées. Il préside, par délégation du Premier ministre, le comité interministériel de contrôle de l’immigration.
Il est chargé, en lien avec le ministre du travail, du plein emploi et de l’insertion, de la lutte contre le travail illégal des étrangers.
Il est chargé, conjointement avec le ministre de l’Europe et des affaires étrangères, de la politique d’attribution des visas.
Il est compétent, dans le respect des attributions de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, en matière d’exercice du droit d’asile et de la protection subsidiaire et de conditions d’accueil des personnes intéressées.
Il a la charge des naturalisations et de l’enregistrement des déclarations de nationalité souscrites en tant que conjoint, ascendant direct ou frère ou sœur d’un Français. Il est compétent en matière d’opposition à l’enregistrement de ces déclarations, de déchéance et de retrait de la nationalité française. Il est associé à l’exercice, par le garde des sceaux, ministre de la justice, de ses attributions en matière de déclaration de nationalité et de délivrance des certificats de nationalité française.

 

Article 3

Au titre de ses attributions relatives à l’outre-mer, le ministre de l’intérieur et des outre-mer est chargé :
1° De coordonner l’action du Gouvernement dans les collectivités régies par l’article 73 de la Constitution et de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre des règles applicables dans ces collectivités ;
2° D’élaborer et de mettre en œuvre la politique du Gouvernement à Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, en Polynésie française, à Wallis-et-Futuna, dans les Terres australes et antarctiques françaises et en Nouvelle-Calédonie ;
3° De préparer et de mettre en œuvre les règles applicables dans les collectivités mentionnées au 2° dans le respect des compétences propres de ces collectivités ;
4° D’administrer l’île de Clipperton. Il y exerce l’ensemble des attributions dévolues par les lois et règlements aux autorités administratives.
Il propose au Premier ministre la réunion des conseils et comités interministériels relatifs à l’outre-mer, dont il prépare et met en œuvre les décisions. Il est associé à l’élaboration de la politique maritime dans les bassins maritimes ultramarins.
Il contresigne les actes de nomination des chefs des services civils et militaires de l’Etat dans les collectivités régies par les articles 73 et 74 de la Constitution et en Nouvelle-Calédonie.

 

Article 4

Au titre de ses missions de sécurité routière, le ministre de l’intérieur et des outre-mer définit et met en œuvre la politique en matière de sécurité et d’éducation routières, à l’exclusion des politiques de sécurité des infrastructures routières et de réglementation technique des véhicules.
Il préside, par délégation du Premier ministre, le comité interministériel de la sécurité routière.

 

Article 5

Au titre de ses attributions relatives à la décentralisation, en lien avec le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, le ministre de l’intérieur et des outre-mer prépare et met en œuvre la politique de renforcement des responsabilités locales, propose toutes mesures propres à faciliter l’exercice des compétences des collectivités territoriales et veille à leur mise en œuvre, et prépare les orientations stratégiques du Gouvernement pour le développement des métropoles.
Il est chargé, conjointement avec le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, d’animer le dialogue national avec les collectivités territoriales.
Il est associé par le ministre de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique et le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires à la définition des orientations du Gouvernement concernant les finances locales et à la politique de solidarité financière entre les collectivités territoriales.
Il participe, en lien avec le ministre de la transformation et de la fonction publiques, à la définition des orientations du Gouvernement concernant la fonction publique territoriale, notamment en tant qu’elles concernent les polices municipales.

 

Article 6

Le ministre de l’intérieur et des outre-mer a autorité sur tous les services mentionnés aux articles 1er et 2 du décret du 12 août 2013 susvisé. Cette autorité s’exerce conjointement avec le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires sur la direction générale des collectivités locales. Il a également autorité sur le secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation.

 

Article 7

Pour l’exercice de ses attributions relatives à la sécurité intérieure, le ministre de l’intérieur et des outre-mer peut faire appel, en tant que de besoin, à la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, à la direction générale des finances publiques, à la direction générale des douanes et droits indirects et à la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

 

Article 8

Pour l’exercice de ses attributions relatives à l’administration territoriale de l’Etat, le ministre de l’intérieur et des outre-mer dispose de la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.

 

Article 9

Pour l’exercice de ses attributions relatives à l’outre-mer, le ministre de l’intérieur et des outre-mer dispose, en tant que de besoin des services des autres administrations centrales qui concourent à la préparation ou à la mise en œuvre des politiques relevant de ces attributions.

 

Article 10

Pour l’exercice de ses attributions relatives à la décentralisation et, notamment aux finances locales, le ministre de l’intérieur et des outre-mer dispose de la direction générale des finances publiques.
Il peut également faire appel à l’inspection générale des finances, à la direction générale de l’administration et de la fonction publique, à l’Institut national de la statistique et des études économiques et à toute autre direction ou service des ministères qui concourent à la préparation ou à la mise en œuvre des politiques relevant de ses attributions.

 

Article 11

I. – Pour l’exercice de ses attributions relatives à l’immigration, à l’asile, à l’accueil et à l’intégration des étrangers, le ministre de l’intérieur et des outre-mer a autorité sur le secrétaire général du comité interministériel de contrôle de l’immigration.
Pour l’exercice de ses attributions relatives à l’immigration, le ministre de l’intérieur et des outre-mer :

– a autorité, conjointement avec le ministre de l’Europe et des affaires étrangères, sur la direction des Français à l’étranger et de l’administration consulaire ;
– dispose, en tant que de besoin, de la direction générale de l’administration et de la modernisation du ministère de l’Europe et des affaires étrangères.

II. – Pour l’exercice de ses attributions relatives à l’immigration, à l’asile, à l’accueil et à l’intégration des étrangers et à l’accès à la nationalité française, le ministre de l’intérieur et des outre-mer dispose :

– de la direction générale du Trésor ;
– de la direction générale des douanes et droits indirects ;
– de la direction des affaires civiles et du sceau ;
– de la direction générale de la cohésion sociale ;
– de la direction générale du travail ;
– de la mission interministérielle de coordination anti-fraude ;
– de la délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement ;
– du délégué interministériel chargé de l’accueil et de l’intégration des réfugiés.

Il peut également faire appel, en tant que de besoin, à l’inspection générale des affaires sociales, à la délégation générale à la langue française et aux langues de France, et à la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle.

 

Article 12

La Première ministre, le ministre de l’intérieur et des outre-mer, la ministre de l’Europe et des affaires étrangères et le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires sont responsables, chacun en ce qui le concerne, de l’application du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

 

Fait le 20 juillet 2022.

Emmanuel Macron
Par le Président de la République :

La Première ministre,
Élisabeth Borne

Le ministre de l’intérieur et des outre-mer,
Gérald Darmanin

La ministre de l’Europe et des affaires étrangères,
Catherine Colonna

Le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires,
Christophe Béchu

 

Par type de textes ou par gouvernement

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 6 autres abonnés